Categories
Coups de gueule Voyage

Isla Tortugua

Ce matin j’avais réservé une sortie à Isla tortugua. Les filles voulaient faire du snorkeling et moi je me suis laissé tenter par les images du types qui ventaient le tour je me suis dit que j’allais plonger. Mal nous en a pris.

Kasia a passé la plus grande partie de la nuit de nouveau aux toilettes. Du coup elle est moyen en état. Je prends donc le petit dej en tête à tête avec Karima. Puis on va voir le mec afin de lui expliquer que la c’est un cas de force majeur. On parlemente un peu et il finit par nous retirer de la facture la place de Kasia. Par contre vu qu’elle ne va vraiment pas bien Karima décide de rester avec elle. Tant pis pour les 35$ déjà payé. J’apprendais bien plus tard que Karima a eu la trouille en voyant le bateau et que ça l’arrangeait bien de ne pas venir tenter le mal de mer..

Je me retrouve donc tout seul à embarquer sur la bateau qui m’emmène à Isla tortugua. Enfin tout seul est un bien grand mot; on est tout de même une trentaine dans le bateau. Mais je suis le seul à plonger. Mal m’en a pris. Arrivé sur place ils me débarquent sur un autre bateau avec à son bord un capitaine, un instructeur, un divemaster et 4 clients américains. J’ai assez vite compris que ça allait être l’angoisse.

Et ça l’a été.

C’était des américains moyens bruyants et inconscients qu’ils ne sont pas seuls sur la terre. Ou dans le bateau dans ce cas. On se prépare pour la première plongée et la, c’était pire que tout. Un bordel pour se préparer. Côté encadrement pas mieux. L’instructeur perd ses plombs en entrant dans l’eau. (Moi j’ai rien vu, j’étais déjà dans l’eau mais je trouve une ceinture de plombs que je croyais être d’une autre plongée. Et non c’était la sienne) Lui et la nana qui l’accompagnait plongeaient avec octopus et manometre qui traînent par terre, bref pas très rassurant. Mais c’est pas fini. Beaucoup de courant, vagues du coup on est balloté de gauche de droite au milieu des coraux. Pas compris comment on a pas eu 1 mort et 2 tués. Une des américaines à force de gesticuler a perdu une palme. Moi je rigolais car je savais vraiment pas quoi faire. A part partir en courant ce qui n’est pas pratique. Visibilité pratiquement nulle je sais pas comment on s’est pas perdu à cette plongée. C’est pas fini. On remonte au bateau, tous ont les jambes en sang à force de râper les coraux. Ils ont trouvé amaaaaazing. Aaaaawesooome. Bon au moins ils sont contents.


 Deuxième plongée. Je descends en premier de nouveau le bateau est trop petit pour qu’ils trouvent toute leur affaire et qu’on puisse plonger correctement. Je jette un œil en bas, ce coup ci la visibilité est carrément nulle. On doit voir à 1m50 à tout casser. On commence la plongée et d’un coup je me dis tiens on est pas descendu des masses. Un coup d’œil à l’ordinateur et en effet, on est à 3m de fond. Je reviens pas. En même temps, il fait si sombre, on pourrait se croire au fond d’une grotte. Au bout de 20min chrono la fille qui accompagne l’instructeur qui buddy avec moi et moi-même, on perd le groupe. On cherche pendant 1min enfin non 10min du coup dans cette soupe et bon vu qu’on est à 3m de fond on peut aussi bien remonter à la surface ça changera rien. Ce qu’on fait. On trouve l’instructeur qui termine la plongée. Je suis remonté avec 112bars. Du jamais vu dans mon historique de plongée. Bref pas génial.



Ici sur cette photo on peut voir un requin, avec beaucoup d’imagination 🙂

Ils ont vite fait de me déposer sur la plage de l’île où je retrouve mes anciens camarades du premier bateau. Eux ont fait du snorkel. Apparemment c’était bien. Ils ont vu des poissons. Après le lunch j’esquive le banana boat et autres activités qui à mon sens n’ont rien à faire là et je monte au sommet du mirador voir la vue. Ça sera sûrement le clou de la journée partagé avec le petit dej avec Karima. Quelle histoire. Heureusement qu’elles sont pas venues.

  
  
De retour à Montezuma je croise les 3 suisses de Samara, prend une douche rapide et m’enquiers de la santé de Kasia. Ça va un peu mieux, karima l’a emmenée chez le toubib et a du trouver une pharmacie dans le bled suivant. Elles en ont profité pour découvrir une nouvelle plage: Carmen (elles perdent pas le nord ces deux-la). On prévoit un dernier dîner le soir mais juste avant de partir, l’estomac de Kasia en décide autrement. Karima vient donc chercher à manger à l’emporter à côté de mon Hostel. Ce qui me laisse juste l’opportunité de lui dire au revoir et bonne suite. On ne se reverra pas. Malgré notre direction commune le lendemain.

Ah oui j’en parlais hier, en rentrant de cette excursion, je trouve un Autrichien dépité à l’hostel. Je lui demande si ça va et il me répond que lui et sa copine viennent de se faire dépouiller en revenant de la cascade, celle qui est à 50m de l’hôtel des filles. Apparemment des mecs avec des masques et des armes à feu leur ont piqué ce qu’ils avaient sur eux. Flip flop y compris.