Categories
Coups de coeur Voyage

Demenagement

10 janvier, le hasard fait que Luana et moi quittons la posada aujourd’hui. Nos réservations respectives de finissent le dimanche 10. Et je m’en plains pas. Les chambres sont vraiment surbookées. La veille Luana m’a montré l’hôtel où elle allait déménager.  Pour le même prix, une chambre privée avec tv et A/C + salle de bain, le tout au centre ville. Évidemment il n’y en a plus. Mais bon on s’entend bien et la dame de l’hôtel propose d’ajouter un lit pour arranger tout le monde. Et en effet c’est top. Ce matinc’est  donc déménagement. Vu que la veille on s’est quand même couché à neuf heures on est assez frais le matin à huit. A 11h tout est terminé installé dans le nouvel Hotel et prêt à attaquer la journée. On cherche à faire une lessive mais un dimanche avec un jour férié droit derrière c’est mort. On se rabat sur la location d’un catamaran hors de prix mais super bien. Conditions idéales pour naviguer. Il fait beau, un peu de vent mer magnifique. Que du bonheur. On passe 2 heures à sillonner la mer. Puis crevés on part se reposer à Rocky cay a deux pas. Non sans s’être enfilé un cevice et des crevettes. Ce soir on va au cinémas. J’ai déjà vu le film mais c’est pas très grave il mette d’être revu. Avant on mange au bar à vin, repas magnifique AVEC dessert ce coup ci. Une belle soirée. 

Categories
Voyage

L’épave de Rocky cay

A nouveau debout tôt pour aller plonger. (Je ne le sais pas encore mais ce seront mes dernières plongées à san Andrés) l’occasion de revoir des requins encore ainsi que de belles choses. Le centre est fermé dimanche et lundi car ces un jour férié. Cas cela ne tienne je plongerai lundi avec un autre vente et mardi je reviens chez Christian. C’est en tout cas ce que j’annonce sûre de moi en partant du centre. Par précaution je paie toutes mes dettes et ramasse tout mon matériel. 

Je me dépêche de retrouver Luana a Rocky cay. Je la retrouve en train de faire la sieste sous un chapeau. Sans son tatouage sur le bras c’est pas certain que je l’aurai trouvée. On marche jusqu’à l’épave échouée à 200m de la plage et on profite qu’elle a emmené son masque pour visiter ce qu’on peut. L’épave est en très mauvais état, tout est rouillé et certaine parties menacent de céder quand on passe dessus. Mais ça tient. Luana préfère la partie immergée et redescend donc. Je continue à explorer le bateau comme un vrai gosse. 

J’arrive tant bien que mal sur le pont supérieur et profite du magnifique vue de la plage et des baigneurs en bas. Pour redescendre, c’est une autre paire de manche. Le voie la plus direct et simple c’est évidemment de sauter les 12m de hauteur et atterrir dans l’eau. Super bien équipé c’est en Flip flop que je suis monté là-haut. J’ai sur moi mes lunettes de soleil, un bandana sur la tête et un appareil photo. Très pratique pour sauter. Mais pour faire le malin j’y vais quand même. Lunettes dans une main, appareil photo dans l’autre, une main sur la tête pour tenir le bandana et on crispe les doigts de pieds pour tenir les tongs. 

En remontant à la surface, j’ai les lunettes, les tongs, l’appareil photo le bandana a foutu le camps mais facile s récupérer… Tout est la? Oui! Ou presque. Le choc a fait se décrocher un verre des lunettes… Voilà qui est malin. Je refile tout à Luana et emprunte son masque pour commencer les recherche par 5m de fond. Heureusement l’eau et cristalline et on voit donc assez bien. C’est finalement un gars en haut du bateau qui le verra et qui me l’indiquera. Les lunettes sont sauvées. On rigole de l’aventure et on commence à retourner vers la plage. A mi-chemin, tout à coup je me souviens de la clé du casier de mon sac que j’ai autour du cou. Enfin que j’avais. Elle y est malheureusement plus. Et là c’est la panique. Plusieurs raisons. 1) si quelqu’un la trouve, il a accès à pas mal de fric, mon passeport, mon téléphone et mes affaires de plongée. 2) si je la retrouve pas faudra convaincre le gars que j’avais bien tel casier et qu’il puisse ouvrir la porte. 3) si il fait ça je vais avoir de gros doutes sur la sécurité de ces machins. Je remprunte le masque de Luana, lui refile mon bordel et retourne à l’épave. Elle, épuisée d’avoir attendu en nageant, retourne à la plage. A nouveau nager avec des tongs c’est vraiment pas top. Presque pire que d’escalader une épave avec. Je commence à faire des aller-retours surface-fond pour essayer de localiser cette maudite clé. J’imagine sa trajectoire quand elle a quitté mon cou. Je plonge, replonge et plonge encore. C’est pas possible je vais pas abandonner. Je persévère, puis à un moment, j’aperçois un truc qui brille, bingo c’est ça!! J’ai retrouvé une clé de la taille dû pièce d’un franc par 5 mètres de fond à côté d’une épave. Je suis ravi, soulagé content et crevé. Je rejoins Luana et m’écrase sur la plage pour une mini-sieste. 

On se donne rendez-vous vers coco loco vu qu’elle est en vélo et moi en moto taxi. J’arriverai avant mais pas tant que ça. On va se manger un morceau à café café un restaurant pas loin et pas trop mal. On passe un repas sympas à rigoler et à papoter. Elle insiste pour que je l’accompagne à coco loco ce soir. J’accepte en me disant que si ça ne me plait pas je rentrerai. On repasse donc à la posada pour se doucher et se préparer. Vu qu’il est tôt on profite de faire une sieste. Tony, une néo-zélandaise qui est dans la même chambre que nous se joint au plan; sieste, réveil à 11pm et coco loco. 

Je me réveil en sursaut et je regarde l’heure; il est 2h32 de matin. Que s’est il passé? On est allé à coco loco et la soirée était folle au point de ne pas me souvenir comment j’en suis revenu? Possible, après tout je suis tout habillé. Est-ce que Luana est restée alors? Non elle est dans son lit. Tony aussi. Que s’est-il passé?! Je me rendors sans savoir. Vers 3:55 je me réveil à nouveau, Luana est assise dans son lit, on se regarde et on rigole. On a loupé l’heure et on a dormi direct. Terrassé par la fatigue. En fait toute la chambre a fait pareil. Rires et on se rendort. 

Categories
Voyage

Plongées à l’ouest

Ce matin la Christian (le mec de la plongée) nous emmène à l’ouest de l’île pour deux sites de plongée. Rien d’extraordinaire mais deux plongées sympas de plus d’une heure chacune. N’ayant pas mangé grand chose le matin je m’offre une pizza à midi ce qui n’est pas coutume. Ensuite je cherche en vain du wifi. Cette île n’en possède que très peu et bien caché. Même quand c’est affiché sur la porte de l’établissement ça ne veut rien dire. 

Un petit tour à la plage puis le ciel offre un très beau coucher de soleil devant la rue de l’hostel. 

Une fois douché et prêt je fais la connaissance de ma voisine de lit, une brésilienne nommée Luana. On discute 5 minutes puis on décide d’aller manger un morceau. Ensuite elle ira à coco loco une espèce de discothèque. Sauf qu’après manger on papote plus que prévu, on fini sur la plage à regarder les étoiles et la fatigue fini par la convaincre de rentrer se coucher également. On prévoit de se retrouver le lendemain après ma plongée à Rocky cay une plage 5-6km au sud plus jolie moins encombrée et avec une épave que l’on peut visiter!

Categories
Voyage

Point break

C’était ça le film qui jouait au cinoche ce soir la. Mais pas la version de 1988 le remake de 2015. Et on peut dire qu’ils sont pas allé de main morte sur les effets spéciaux et les sports extrêmes. 

Par contre le cevice au ketchup juste avant c’était vraiment pas terrible. Mais il paraît que c’est comme ça qu’ils le font ici. Je aurai la preuve que c’est pas vrai un peu plus tard.

Première nuit à santa Diana village on est entasse à huit dans une chambre remplie de lits superposés, vraiment pas simple de s’organiser car dès qu’une personne commence à fouiller dans ses affaires ça fout le bordel pour les 3 autour. Demain plongée.  

Categories
Coups de gueule

No foto

Ah oui c’est bien de le mentionner mais internet est tellement lent et fourni par satellite, il est donc impossible ou très compliqué d’envoyer des photos. Il faudra donc attendre la prochaine étape. (Il y a du retard c’est clair)

Categories
Coups de coeur Voyage

San Andres

Assis sur la plage presque déserte quand les étoiles commencent à sortir en écoutant Indochine, Zelmani, Cats on trees ou encore Tiersen; on est pas loins de la mélancolie. Se laisser divaguer aux idées les plus folles. D’habitude il y a toujours un chien errant malade ou boiteux qui vient se lécher les couilles juste à côté, abîmant un peu la magie du moment. Mais pas cette fois. La magie reste intacte. Ou presque on arrive quand même à entendre le reggeaton de certains un peu plus loin. 
Comment on en arrive là?

Très facile, d’abord on quitte Medellin en fin de journée le 4 janvier pour San Andrés. 

En parlant de medellin peut-être qu’il faut également mentionner le free walking tour qui est absolument génial. Avec un guide pleins d’énergie et ultra motivé. Un régal. Ensuite il faut également parler de la difficulté à trouver des offices de poste dans ce pays. Incroyable. Il est plus facile de faire réparer sa Swatch que de poster 2 cartes postales. Véridique et testé. 

Bon ce que je ne savais pas c’est que la moitié de la Colombie à trouvé un moyen de venir à San Andrés. C’est la destination prisée des colombiens pour les vacances de début d’année. Et donc se loger est compliqué. Il faudra s’y reprendre à 4 fois pour trouver 3 différents logements qui ne couvrent pas toute la période. Donc la j’ai un lit jusqu’au 10 dans une espèce de chambre avec 10 lits dedans. On a du mal à passer entre les lits superposés tellement il y en a. Ou tellement la chambre est petite à choix. Certainement les deux en fait. Même avec 2 lits en moins ça reste petit. On passera sous silence les erreurs de réservations (mauvaises dates ou mauvais site, etc..)

Les activités sur l’île? Plongée principalement. Une eau magnifique (malgré les poubelles) des couleurs hallucinantes et une visibilité sous l’eau à couper le souffle. Des sites de plongées très beaux et une faune et flore très diverses et très belle. 

A la deuxième immersion on a l’occasion de voir des requins récifs. Des murènes qui viennent très prêt et qui nous suivent. Impressionnant. 

A sinon pour la roulette colombienne, j’ai finalement pas trop mal joué, vu que j’ai tout gardé. 

Ce soir, après un petit dîner rapide, cest soirée cinéma. Aucune idée du film qui est joué dans une salle au huitième étage d’un Hotel. 

Categories
Réflexions désordonnées Voyage

La roulette colombienne

Très simple; les règles du jeu:

  • Trouver un vendeur de street food
  • Choisir le plat le plus casse gueule
  • Déguster
  • Garder le plat le plus longtemps possible

Mon choix s’est porté ce soir sur un combo gagnant: brochettes non identifiées avec salade sauce mayonnaise. Si je garde ça plus d’une heure c’est que je suis devenu un Warrior. 

Categories
Uncategorized

Seconde journée à Medellin 

La veille au black sheep j’ai fait la connaissance de Amy et Dom. Une américaine et un Britanique marrants qui voyagent depuis des plombes on dirait en alternant boulot comme prof de yoga, réception de posada ou autre et voyage. Dans la même soirée on fait la connaissance de Rune un Danois très sympas également. Vu que je suis le seul à avoir un plan pour le lendemain (à savoir Arvi on tente encore) ils se joignent tous à moi. Départ à 8h00 afin d’être certain de pouvoir monter. Malgré l’heure on doit quand même faire la queue au second télécabine. Mais rien de très grave. 

Vue magnifique sur les bidonvilles et la ville en contrebas. 

Dom a prit en charge l’orientation de la troupe dans le parc, on s’oriente sur une balade alliant marche, lac, et chemin avec vue. On a pas encore compris comment il a emmerdé ça mais au bout de 2h on se retrouve au point de départ. Pas grave la balade était belle et du coup on s’oriente sur un autre lac. Faut dire la photo de la carte du parc qu’on avait n’était vraiment pas terrible. 

On redescend sur le coup des 4:30 avant le tohu-bohu des touristes qui redescendent tous en même temps. Au final on a bien géré.

Le soir on retrouve un couple d’ami hollandais a Dom et Amy. Très sympas on passe une bonne soirée. 

Categories
Coups de gueule Réflexions désordonnées

La plongée rend con.

Pour une première journée à medellin on peut pas dire que ce soit une réussite. 

La tentative ratée de joindre le free walking tour aurait dû mettre la puce à l’oreille. La place des statues est tout de même jolie avec une bonne dizaine de statues de Botero. Ensuite, Sjoerd m’avait parlé du cable-car qui joint le parc de Arvi sur les hauteurs de Medellin. Arrivé à la station de métro qui fait la jonction avec le téléphérique, un mec annonce que le parc a atteint la limite de personnes et que la dernière montée est pour midi. Il est midi passé de 2 minutes. C’est mort. Bon demi-tour. Sur le chemin du métro il y avait le jardin botanique. Cas cela ne tienne hop un peu de verdure c’est pas perdu. Arrivé sur place vlan il faut de nouveau faire la queue. Décidément. Après 45 minutes d’attente un doute mapparait; le jardin botanique est gratuit pourquoi autant de queue et c’est quoi les caisses qu’on voit enfin? Il s’avère que je fais la queue pour un truc nommé “parque explora”. Super. Je me renseigne un peu il s’agit d’un parc entre le palais de la découverte à Paris et la cité des sciences à la Villette. Avec en plus un aquarium paraît-il le plus important d’Amérique du sud. Bref on me dit à ne pas manquer. J’hésite en même temps j’ai déjà fait la queue c’est ça de gagné. Bon je troc la biologie contre la science. 

Je commence par l’aquarium comme on me le recommande chaudement. Comme chaque fois, je suis subjugué par la petitesse des aquariums et la quantité de poissons qui pataugent dedans. Puis également par les adultes qui sont obligés de taper aux vitres. Je reconnais une grande quantité d’espèce rencontrée la semaine passée et ça m’attriste.

Je ne peux pas m’empêcher de penser au fait de préférer aller voir ces poissons dans leur habitat naturel plutôt que d’en faire du fast-view. J’ai du coup l’impression de ne pas mériter ce que je vois. Et j’en viens à penser que si je mérite pas les autres non plus. 

Mais qui suis-je pour penser ainsi? Comment exiger à autant de personne d’aller passer un certificat de plongée et d’y passer des heures afin de pouvoir voir 1/9 de ce que quelques dollars peuvent proposer? Personne. Ce sont mes pensées égoïstes. Évidement qu’il ne faut pas priver autant de personnes de pouvoir se photographier devant un poisson lune ou une murène à moitié malade pour poster ça sur Facebook. La plongée rend con. 

Categories
Voyage

Premier jour de l’an

Il est tant de quitter Palomino et la côte des caraïbe d’une manière plus générale. Après un petit dej en compagnie de Lisa je boucle mon sac et c’est reparti. Direction santa marta d’abord (en bus) puis avion jusqu’à Medellin. Le choc va être terrible. Passer d’un bled de 4000 âmes à une ville de plusieurs millions d’habitants va faire bizarre. 

Santa marta fait bien tempon il faut dire. Sorte de ville côtière portuaire de 500k habitants. Une plage dans le port (vraiment pas attrayante même pour tremper les pieds) des petites rues reculées qu’on se réjoui pas d’emprunter de nuit. Seul. Un petit centre sympas sans autre. Il faut dire que j’y passerai plus de 8h donc j’ai eu le temps de visiter. Un cuisto d’un restau m’a gentiment gardé mon sac car vu la température je me voyais pas me balader avec 15kg sur le dos. Le phare sur île qui se trouve dans la baie est joli à l’heure du coucher de soleil.

Entre le vol tardif de l’avion, le retard et les 50′ de trajet entre l’aéroport de medellin et l’hostel Blacksheep je m’écroule enfin à 1h30 du matin crevé d’une journée de voyage en fin de compte. Medellin je compte bien y rester 3 nuits parce que ça suffit de bouger autant.